cette image représente le logo du formateur indépendant André Debaisieux

FORMATEUR DIGITAL WEB INDÉPENDANT

Les utilisateurs sont toute personne qui navigue sur le site et qui peuvent se connecter pour entre autre créer du contenu.  (les auteurs par exemple) ou se connecter à l’administration pour organiser ce contenu (les administrateurs). Pour cela deux solutions:

  1. L'utilisateur se connecte via l'administrateur
  2. L'utilisateur se connecte via un lien dans le site permettant de modifier directement les articles dans le site.

Votre site est en ligne, il faut maintenant vous connecter à la partie "Administrateur". Pour cela vous devez ajouter le mot"administrator" derriere l'adresse Url de votre site exemple : http://www.flash-comet.com/administrator

Vous devrez ensuite sasir votre identifiant et votre mot de passe. C'est dans cette partie que vous pourez entre autre gérer le contenu de votre site.

 

 

Installation classique de l'éditeur JCE

I. Vérifiez que votre serveur est bien en version PHP 5.2 ou plus ;

II. Téléchargez la dernière version de l'archive contenant le composant et plug-in JCE ou Téléchargez la dernière version du pack complet, puis décompressez-le pour en extraire l'archive du composant/plug-in JCE ;

III. Il existe 3 méthodes pour installer une extension par l'installateur de Joomla :

1. En sélectionnant sur votre ordinateur l'archive à installer (c'est la méthode la plus simple et la plus courante) ;

2. En décompressant l'archive et en plaçant les fichiers dans un répertoire que vous indiquez dans l'installateur ;

3. En indiquant l'URL de l'archive à installer, cette URL ne doit pas obligatoirement être sur votre serveur.

Installation manuelle de l'éditeur JCE

Une installation manuelle consiste à envoyer les fichiers dans les bons dossiers puis, d'accéder à la fonction «Découvrir» de Joomla pour lancer une détection d'extension non installée.
Les dossiers et fichiers de l'éditeur JCE doivent être répartis comme indiqué dans l'image ci-dessous, les parties en gris foncé représentent les dossiers du site ('htdocs' représente la racine du site, qui peut être 'www' ou autre selon l'hébergeur). Envoyez le contenu d'un dossier jaune de dernier niveau dans celui de dernier niveau indiqué en gris.

Installation classique de JCE MediaBox
JCE MediaBox s'installe comme toutes autres extensions, par l'installateur de Joomla!
I. Vérifiez que JCE Éditeur est bien installé. Si ce n'est le cas, installez-le (voir processus d'installation de JCE) ;

II. Téléchargez la dernière version de l'archive contenant le plug-in JCE MediaBox ou Téléchargez la dernière version du pack complet, puis décompressez-le pour en extraire l'archive du plug-in JCE MediaBox ;

III. Il existe 3 méthodes pour installer une extension par l'installateur de Joomla :

1. En sélectionnant sur votre ordinateur l'archive à installer (c'est la méthode la plus simple et la plus courante) ;

2. En décompressant l'archive et en plaçant les fichiers dans un répertoire que vous indiquez dans l'installateur ;

3. En indiquant l'URL de l'archive à installer, cette URL ne doit pas obligatoirement être sur votre serveur.
Dans l'exemple ci-dessous, le fichier est sélectionné sur l'ordinateur, c'est la méthode la plus classique et simple...

Installation manuelle de JCE MediaBox

Une installation manuelle consiste à envoyer les fichiers dans les bons dossiers puis, d'accéder à la fonction «Découvrir» de Joomla pour lancer une détection d'extension non installée.
Les dossiers et fichiers du plug-in JCE MediaBox doivent être répartis comme indiqué dans l'image ci-dessous, les parties en gris foncé représentent les dossiers du site ('htdocs' représente la racine du site, qui peut être 'www' ou autre selon l'hébergeur). Envoyez le contenu des dossiers jaunes dans ceux de dernier niveau indiqués en gris.

Comme tout corps de métier, le monde du blog dispose luimême d'un vocabulaire très spécifique.


• Archives : Regroupement d'un ensemble d'articles d'un blog. Le regroupement est le plus souvent chronologique, mais peut également être thématique : par sujet, par catégorie, par auteur...
• Article. Élément central du blog, comprenant un titre, un contenu, une date et un permalien. Un blog est composé d'une suite d'articles triés par date. Également : billet, entrée, note ; post, blogpost, entry.
• Blog. Site personnel ou d'entreprise, prenant la forme d'une suite d'articles affichés antéchronologiquement (du plus récent au plus ancien).
• Catégorie. Regroupement d'articles créé par le blogueur afin de réunir les entrées portant sur le même thème. Un article peut se trouver dans plusieurs catégories. Les catégories forment une méthode hiérarchique de classement des données.
• CMS. Outils de gestion de contenu, de l'anglais Content Management System, qui simplifient grandement la mise en ligne de contenu multimédia (textes, images, sons, vidéos). Les outils de blog comme WordPress sont des CMS spécialisés dans la gestion de blogs.
• Commentaire. Entrée attachée à un article précis, écrite par un lecteur ou le blogueur luimême, en réponse à l'article ou à un commentaire précédent.
• Flux de syndication, flux RSS(Rich Site Summary ou Really Simple Syndication). Fichier contenant les derniers articles, automatiquement mis à jour par le CMS lors d'une nouvelle publication. Ce fichier au format XML, est destiné à être lu par les agrégateurs (logiciel affichant les données). 
• Métadonnée. Information associée à une entrée, qui sert à la décrire et qui peut être exploitée par le CMS : auteur, date de publication, catégorie...
• Permalien. Lien permanent vers un article, une catégorie, un label ou une date du blog. Permet depuis un flux d'accéder directement à un article, même ancien, sans devoir passer par la page d'accueil du site, ni son moteur de  recherche. Sert d'identifiant visuel dans le cas où le blog dispose d'URL propres.
• Pingback Fonction interne du logiciel de blog, destinée à indiquer à un autre blog ayant les pings activés qu'on parle de lui dans l'article publié. Sert  également à signaler une mise à jour aux moteurs d'indexage et aux agrégateurs de flux rss.
• Podcast. Série d'émissions enregistrées au format audio ou vidéo, diffusées par le biais d'un blog. Le lecteur de podcast télécharge le fichier MP3 ou vidéo à partir de son URL contenue dans le flux RSS, sous le nom
d'enclosure.
• Publier. Action de mettre un article en ligne, accessible à tous. Un article peut également être prépublié si sa date de publication est dans le futur.


VOCABULAIRE PROPRE À WORDPRESS


• Champ personnalisé. Métadonnée créée par l'utilisateur ou une extension plutôt que par WordPress.
• Codex. Site principal de documentation de WordPress. Le Codex repose sur un système de type wiki.
• Extension ou Plugin. Programme conçu par un développeur tiers, et qui étend ou modifie le fonctionnement de WordPress. Une extension typique "Askimet" est un filtre antispam.
• Modèle ou Template. Fichier dynamique utilisé pour générer le code HTML du blog. Un modèle est l'élément atomique d'un thème. Ses fichiers sont écrits en PHP.
• Page. Entrée publiée en dehors de la chronologie du blog. Les pages fonctionnent de la même manière que les articles, mais sont traitées différemment par WordPress : elles ne peuvent pas appartenir à une catégorie, mais une page peut contenir plusieurs souspages. Pour les différencier de l'expression générale de "page web", on parle de "page statique".
• Rôle. Identité que peut prendre un membre du blog. WordPress gère cinq rôles : administrateur, éditeur, auteur, contributeur, abonné. À chaque rôle se rattachent des capacités, c'estàdire des droits d'accès à
certaines fonctionnalités de l'administration.
• Thème. Ensemble de modèles PHP, d'images et de fichiers CSS définissant l'apparence du blog pour les visiteurs.


CÔTÉ DÉVELOPPEUR


• Crochet ou hook. Fonctionnalité de WordPress à laquelle un développeur d'extensions peut attacher du code. Il y a deux types de crochets : l'action et le filtre, la différence la plus visible étant que le filtre renvoie une valeur, au contraire de l'action.
• Action. Crochet utilisé par WordPress au cours de son fonctionnement interne. Il permet au développeur d'extensions de modifier ce fonctionnement à son gré.
• Filtre. Crochet utilisé par WordPress avant d'écrire une donnée dans la base de données ou de l'afficher à l'écran. Le filtre permet au développeur d'extensions de modifier la donnée avant l'écriture ou l'affichage.
• API. De l'anglais Application Programming Interface, traduit en "interface de programmation", il s'agit d'un ensemble de fonctions mises à la disposition des développeurs de thèmes ou d'extensions, afin d'exploiter les données du blog.
• Boucle ou loop. Coeur de l'affichage du blog, la boucle parcourt les entrées du blog selon certains critères établis par le développeur du thème et influencés par les actions du visiteur, afin d'afficher du contenu plus ou moins spécifique (tous les articles du blog, tous les articles d'une catégorie, un seul article, etc...).
• Champ personnalisé ou custom field. Métadonnée rattachée à un article ou une page statique.
• Marqueur de modèle. Fonction PHP utilisée dans un modèle, permettant d'y placer un contenu tiré de la base de données du blog. Typiquement, il s'agit des données liées à une entrée : titre, contenu, horodatage, lien, auteur...
• Taxonomie. Un regroupement de contenus. Les articles peuvent être groupés à l'aide de catégories et de motsclefs. Un thème ou une extension peut par ailleurs ajouter autant de taxinomies que nécessaire, à n'importe quel type de contenu, par défaut ou personnalisé.
• Type de contenu ou custom post type. WordPress dispose par défaut de cinq types de contenus : les articles, les pages, les fichiers joints, les révisions et les menus de navigation. Un thème ou une extension peut par
ailleurs ajouter autant de types de contenu que nécessaires : les types de
contenu personnalisés.
• custom post format. Wordpress depuis la version 3.1 met à disposition denouveaux formats d'articles : En passant / Discussion / galerie / audio..

Merci à mon camarade Jef CERJAK pour le fruit de son travail 

Vous vous souvenez de la définition initiale d'un CMS ?

À partir de ce que vous avez appris dans les deux premiers chapitres, on peut maintenant préciser cette définition !

Un CMS est un logiciel – qui tourne sur un serveur web – permettant de créer, de façon simple, des pages web dynamiques. Le CMS gère automatiquement les tâches d'affichage des pages (front office) et de mise à jour du contenu (back-office et lien avec la base de données).

Autrement dit, les CMS gèrent à votre place tout ce qui permet de relier le client au serveur et le serveur à la base de données.

Donc, si j'ai bien compris, un CMS est un site web dynamique pré-construit qui dispose d'un back-office et qui automatise pour nous la gestion de l'affichage des pages et la relation avec la base de données.

Il y a d'autres caractéristiques ?

Oui ! La plupart des CMS  disposent des autres caractéristiques ci-dessous.

Mise en place simplifié

Les CMS permettent de mettre en place un site web sans connaissances en programmation. Toutes les actions se font à travers des interfaces graphiques, et non avec des lignes de code.

Édition WYSIWYG de pages

De la même manière que le logiciel Word vous permet de mettre en forme un texte de façon visuelle, les CMS vous proposent de mettre en forme vos pages web grâce à une interface graphique : vous n'avez pas à écrire vous-même le HTML que vous voulez afficher aux utilisateurs, les CMS s'occupent de le générer.

Séparation entre contenu et design

Dans un même site web, de nombreuses pages, si ce n'est toutes, ont un design similaire. Les CMS intègrent des outils permettant de ne pas avoir à refaire ce design pour chaque page : une fois le design du site choisi, il s'appliquera automatiquement à toutes les pages.

Ceci a deux avantages :

  • vous pouvez récupérer des designs "touts faits" (que l'on appelle des thèmes ou des templates) et les appliquer à votre site directement ; 

  • vous pouvez modifier le design du site sans avoir à vous soucier de son contenu. Le nouveau design sera appliqué automatiquement.

Gestion des droits d'accès 

Les utilisateurs peuvent avoir des rôles différents au sein d'un site web, et donc avoir le droit, ou non, d'effectuer certaines actions ou d'accéder à certaines pages.

Prenons l'exemple d'un forum :

  • les utilisateurs non enregistrés peuvent lire mais pas poster de messages ; 

  • les utilisateurs enregistrés peuvent lire et poster des messages ;

  • les modérateurs peuvent lire et poster des messages, et ils ont en plus la possibilité de modifier et de supprimer les messages des autres utilisateurs ; 

  • etc.

La possibilité d'effectuer ou non une action est gérée par ce qu'on appelle des droits (avoir le droit, ou non, d'effectuer une action).

Dans la plupart des CMS, cette gestion des droits existe et est simple à mettre en œuvre : il suffit de créer des groupes d'utilisateurs et de leur donner, ou de leur interdire, l'accès aux différentes parties du site (par exemple l'accès au back-office, à une partie "membres"...).

Extensions

Même s'il ne s'agit pas à proprement parler d'une caractéristique, les extensions, aussi appelées par leur nom anglais plugins, sont désormais un incontournable de tous les CMS.

Les extensions ne sont pas directement incluses dans le CMS (même si certaines sont installées par défaut !) : il est possible de les installer séparément selon vos besoins. Ceci permet d'avoir un cœur de CMS contenant uniquement les fonctionnalités indispensables (celles listées ci-dessus notamment), tout en augmentant fortement la flexibilité de l'outil.

Il est souvent possible de développer vous-même une extension et l'utiliser sur votre site.

AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

Les CMS sont souvent avantageux, mais attention, ils ne sont pas une solution miracle ! Selon la nature de votre projet, choisir un CMS pourra ne pas être pertinent. À vous de peser le pour et le contre ! :)

Avantages

Comme nous venons de le voir, les CMS ont de nombreux avantages.

  • Ils sont accessibles : pas besoin de connaître un langage de programmation pour pouvoir les utiliser ou les installer.

  • Ils sont rapides à mettre en place : quelques heures pour les plus complexes, quelques minutes pour les plus simples.

  • Ils font gagner du temps : développer tout un site web à partir de zéro – plutôt qu'utiliser des outils préconçus – est chronophage.

  • Ils sont soutenus par une communauté : c'est le meilleur moyen d'avoir des outils performants et variés, et d'obtenir de l'aide. Nous reviendrons plus en détails là-dessus dans la deuxième partie de ce cours.

  • Ils sont faciles à maintenir et à faire évoluer : le Web évolue, les CMS répercutent ces évolutions et permettent d'avoir un site qui évolue également (usage, technologie, design, ergonomie, etc.).

Inconvénients

Cependant, comme toute solution technique, les CMS ont également des inconvénients intrinsèques. 

Voici les plus notables et les plus répandus.

  • Ils manquent de flexibilité : la grande majorité des CMS proposent énormément de fonctionnalités, néanmoins il est souvent complexe et coûteux d'ajouter celles qui ne sont pas initialement prévues.

  • Ils sont moins performants : la généricité et la complexité des CMS  les rend, à qualité égale, moins performants qu'un site construit sans CMS.

  • Ils sont plus susceptibles d'être attaqués : comme tous les sites utilisant le même CMS partagent un code source commun, il est nettement plus aisé de pirater un CMS, surtout s'il est mal protégé ou implémenté. Par ailleurs, le temps investi par un pirate pour attaquer un site web peut être rentabilisé sur d'autres sites construits avec le même CMS.

  • Ils sont difficiles à migrer : changer de CMS est souvent beaucoup plus long et complexe que de faire évoluer un site web construit sans CMS.

Dans certains cas, les CMS peuvent pâtir d'autres inconvénients.

  • Ils sont moins faciles à référencer : la structure des pages et les redondances limitent souvent l'adéquation avec les règles du référencement.

  • Ils sont moins stables : la complexité des CMS les rend parfois moins stables – toujours à qualité égale – qu'un site construit sans CMS.

Bilan

Avant de passer à la suite, voici un tableau récapitulatif des avantages et inconvénients de CMS.

Avantages

Défauts

Accessibilité

Sécurité

Mise en place

Flexibilité

Gain de temps

Performances

Communauté

Stabilité*

Maintenabilité

Référencement*

Évolvabilité

 

Les défauts marqués d'un astérisque (*) sont corrigés ou limités si vous utilisez un bon CMS mis à jour récemment, de base ou en ayant recours à des plugins.

André Debaisieux

Consultant formateur Web

06.30.00.91.44

andre.debaisieux@gmail.com

facebook googleplus linkedin.fw youtube

 

labe qualité region occitanie  datadock  certification cqp